Guillain Siroux | Gravures
Site officiel du peintre Guillain Siroux (1933-1988)
papier, froissé, peinture, art, gravure, paris, new york, huile, pastel, Jean-Claude, Riedel, Topor, peintre, graveur
138
page,page-id-138,page-template-default,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_popup_menu_push_text_top,qode-theme-ver-9.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2,vc_responsive

Gravures

La Déesse de la Rivière Siang (Chant IV)
Xiang Fu Ren

Da-Si-Ming

Da Si Ming

D’après

K’IN YUAN
III siècle av. J.C.
9 chants

Traduction et présentation
de Jacques Pimpaneau

9 planches, relief, couleur, 80 + 40 ex.

Siang-Jun-III

Siang Jun III

(Le prêtre )

La princesse va descendre à l’île du Nord.
Son regard me cherche en vain ; mon chagrin redouble.
Quelle agitation au souffle du vent d’automne :
Le lac Tong-t’ing gonfle ses vagues, les feuilles tombent des arbres.

Sur les blancs carex, mon regard court çà et là…
Dans le soir qui s’étend, j’ai rendez-vous avec la belle.
Les oiseaux perchent-ils parmi les marsilées ?
Que ferait un filet de pêche en haut d’un arbre ?
La Yuan a l’angélique, la Li ses eupatoires :
Je pense à ma princesse et je n’ose point parler.
Tout se trouble à mes yeux qui regardent au loin,
Je ne vois plus que l’eau, l’eau qui coule sans trêve.
Pourquoi l’élan viendrait-il brouter dans la cour ?
Que fait un dragon au bord de la rivière ?

(La déesse )

Ce matin mon cheval galopait sur la rive ;
Ce soir, j’ai passé l’eau vers la falaise, à l’Ouest.
On m’avait dit que mon bien-aimé m’appelait.
Et qu’au galop nous irions sur la même char…
J’ai bâti ma maison au fond de la rivière,
Je lui ai fait un toit de feuilles de lotus.
Le lis des marais couvre les murs, les cauris violets pavent la cour ;
Partout répandu, le poivrier parfumé décore la grande salle.
Les poutres sont de cannelier, les chevrons d’orchidées ;
Les linteaux de magnolia étoilé, l’alcôve d’angélique blanche.
J’ai noué la vigne vierge pour faire des rideaux ;
J’ai cassé le basilic et l’ai tressé en un tapis :
De lourds blocs de jade blanc le pressent au sol ;
La terre est jonchée de dendrobies pour parfumer l’air,
L’angélique est le chaume sur une maison de lotus,
Et partout l’asaret s’enlace aux autres fleurs.
Mille plantes emmêlées emplissent la cour,
Et dressent leurs odeurs aux portes des communs.
Les dieux du Kieou-yi se pressent pour m’accueillir ;
Les Esprits arrivent nombreux comme nuages.
J’ai laissé tomber ma bague dans la rivière ;
J’ai oublié ma veste aux rives de la Li.

(Le prêtre )

Sur l’ile plate, j’ai ramassé l’alpinie,
Pour la présenter à celle qui vient de loin…
Les merveilleux instants ne reviendront plus guère :
Que d’aisance et de grâce en son pas nonchalant !

[…]

Déesse

Déesse

Shan-Gui

Shan Gui

Dong-Jun

Dong Jun